Études cliniques

 

Thérapie neuro-musicale pour les acouphènes aigus

Miriam Grapp, Elisabeth Hutter, Heike Argstatter, Peter K. Plinkert, Musiktherapieforschung Heidelberg

L'objectif de cette étude pilote était d'évaluer l'approche thérapeutique neuro-musicale comme nouvelle option de traitement pour les patients souffrant d'acouphènes aigus. Au total, 15 patients souffrant d'acouphènes aigus y ont participé. La comparaison entre le début et la fin du traitement a montré une amélioration significative. Selon la méthode de mesure Jacobson et Truax, 73,3 % des patients ont montré une réduction fiable selon le questionnaire TQ. La thérapie neuro-musicale semble être une option de traitement efficace pour les patients souffrant d'acouphènes aigus.

 

Effets à long terme de la musicothérapie chez les patients souffrant d'acouphènes chroniques

Heike Argstatter, Miriam Grapp, Elisabeth Hutter, Peter Plinkert, Musiktherapieforschung Heidelberg

 

Le modèle de musicothérapie pour les acouphènes chroniques est un traitement à court terme. Il consiste en neuf sessions de 50 minutes réparties sur cinq jours consécutifs. Il s'est avéré efficace pour réduire les symptômes d'acouphènes en peu de temps. L'effet à long terme du traitement doit maintenant être exploré. La thérapie neuro-musicale a été testée chez 206 patients. 76% des patients ont obtenu une réduction significative de leurs acouphènes. 87% des patients étaient satisfaits du traitement. 71% des patients n'ont pas eu besoin de traitement supplémentaire. La musicothérapie pour les acouphènes chroniques semble être efficace à long terme.

 

La thérapie musicale/sonore réduit les acouphènes en diminuant l'activité du cortex auditif

Hidehiko Okamoto, Henning Stracke, Wolfgang Stoll, Christo Pantev, Wilhelms-Universität Münster

Les chercheurs ont filtré exactement les fréquences de la musique qui correspondaient à la fréquence respective des acouphènes. L'objectif était d'utiliser leur musique modulée pour épargner et calmer spécifiquement les cellules nerveuses mal branchées. Résultat : tous les patients du groupe ayant bénéficié d'une musique sur mesure ont déclaré que le bruit de leurs acouphènes était devenu nettement plus silencieux. Les mesures du cerveau dans le groupe traité ont montré une réponse réduite aux stimuli auditifs dans la fréquence des acouphènes. Dans les groupes de contrôle, cependant, un résultat contraire a été observé.

 

Thérapie musicale pour les acouphènes chroniques

H. Argstatter, A. Nickel, A. Rupp, S. Hoth, H. Bolay, Zentrum für Musiktherapieforschung, Universität Heidelberg

Le centre allemand de recherche en musicothérapie DZM, en coopération avec l'université de Heidelberg, a testé une nouvelle méthode de traitement par musicothérapie des acouphènes chroniques. Le concept de traitement comprend l'intégration des acouphènes dans un processus d'écoute musicalement contrôlable. En outre, les exercices d'écoute musicale sont destinés à influencer positivement les régions cérébrales altérées et à conduire à une "normalisation". Les résultats sont encourageants.

 

Une étude neuroscientifique prouve l'effet de la thérapie musicale pour les acouphènes

H. Argstatter, S. Noth, G. Dyckhoff, A. Nickel, H. Bolay, H. Weidauer

Cette étude interdisciplinaire de deux ans, financée par la Fondation Klaus Tschira, a apporté des preuves neuroscientifiques de l'efficacité de la thérapie musicale pour les acouphènes chroniques. Le groupe de recherche de différents hôpitaux universitaires allemands et du Centre de recherche sur la musicothérapie a pu prouver pour la première fois l'effet du concept de traitement des acouphènes par musicothérapie au niveau neuroscientifique grâce à des techniques d'imagerie. Le Dr rer. med Christoph Krick et le Prof. Dr Hans Volker Bolay ont montré que les changements microanatomiques dans le cerveau sont clairement liés au soulagement des symptômes cliniques. Les images de résonance magnétique indiquent que la musicothérapie s'adresse aux zones du cerveau soupçonnées de transmettre l'amplification pathologique de symptômes cliniquement pertinents. Le prix Sigrid et Viktor Dulger est décerné tous les deux ans pour récompenser des réalisations exceptionnelles et innovantes en matière de recherche dans le domaine de la santé, avec un accent particulier sur les applications pratiques.

 

Traitement des acouphènes avec des sons sur mesure

Jaime Pineda, Richard Moore, Erik Viirre, Departments of Cognitive Science, University of California, and School of Medicine, La Jolla, USA

Des études récentes ont montré que la base physiopathologique des acouphènes pourrait être une activité anormale dans les zones auditives du cerveau plutôt qu'une activité anormale en périphérie. L'activité liée aux acouphènes entraîne des modifications de la présentation tonotopique dans le cortex auditif. Cependant, cette réorganisation peut être inversée par des changements induits par l'entraînement dans le schéma de réaction des neurones corticaux. Nous abordons ce problème en utilisant des sons adaptés individuellement qui reproduisent l'expérience subjective afin de réduire les circuits auditifs trop actifs. Les résultats de deux études préliminaires suggèrent que la thérapie sonore individualisée (TSC*) ciblée sur ce dysfonctionnement central réduit rapidement et en toute sécurité les acouphènes. Les participants ont décrit un soulagement immédiat, ont montré des changements sur le questionnaire relatif aux acouphènes et ont signalé des changements du seuil d'audition dans les 3 semaines. Nous avons également constaté des changements dans la dépendance de l'intensité du N100 auditif chez les patients souffrant d'acouphènes, ce qui soutient l'idée que les acouphènes reflètent une réorganisation des cartes tonotopiques dans le cortex auditif. La corrélation la plus importante de cette réorganisation était le contraste accru entre les réponses au niveau de l'acouphène perçu et les tons qui étaient environ une octave plus bas. Après 3 semaines de TSC, la dépendance de l'intensité à la hauteur des acouphènes a diminué, de sorte que ces réponses sont devenues plus semblables à celles des sujets normaux qui répondaient aux sons à la même fréquence.